A ochain, l’énergie

est verte et Citoyenne

 

A Ochain, dans le Condroz liégeois, se trouve une installation innovante où les déchets et des sous-produits de ferme sont transformés en gaz, en électricité, en chaleur et en digestat, qui sert à la fertilisation des sols. Pas moins de 20.000 tonnes y sont amenées annuellement par les fermiers de la région avant d’y être transformés !  Le processus porte le nom de « biométhanisation », la société à la manœuvre est « Ochain Energie ».

LE PROJET

L’histoire du site de biométhanisation d’Ochain commence avec un diagnostic mené par le Groupe d’Action Locale (GAL) du Pays des Condruses, au départ d’un exemple à petite échelle situé à Modave:  « On est partis de là en se disant ”est-ce qu’on pourrait analyser le potentiel sur tout le territoire du GAL Pays des Condruses et voir si on ne pourrait pas passer à une autre échelle ?” » Entre 2009 et 2010, les études se sont alors enchaînées, le territoire a été analysé. Leur conclusion était claire : la région, très agricole, est particulièrement adaptée, et pourrait grandement bénéficier d’un grand site de biométhanisation. « Nous sommes dans un pays typiquement agricole, le pays du blanc-bleu-belge d’ailleurs, où on a des effluents agricoles et des productions agricoles en grande quantité », explique Marc Wauthelet, chargé de mission au GAL Pays des Condruses. Les études ont également analysé des données comme les besoins énergétiques et le réseau électrique existant. 19 sites de la région ont alors été identifiés comme pertinents pour accueillir une unité de biométhanisation.

Parmi elles, celui d’ « Ochain Energie », qui a été la première à sortir de terre. Elle a été fondée entre 2016 et 2017, à l’initiative d’un agriculteur, Gregory Racelle. Son financement a notamment été possible grâce à deux coopératives citoyennes : Emission Zéro et Condroz Energies Citoyennes.

Louis Dusard est agriculteur à Clavier. Il fait partie de ceux qui amènent la matière première nécessaire au fonctionnement de l’exploitation. Il explique : « Dans notre quotidien, c’est une aide au niveau stockage des effluants (NDLR : lisier, fumier, …) car maintenant on est contrôlés par la Région wallonne et on ne peut plus les épandre quand on veut. Et ici c’est donc une facilité de pouvoir le déposer et le répandre quand la saison est favorable ». En échange de ces matières premières, Louis et les autres agriculteurs partenaires repartent avec du digestat, une matière produite par le processus de biométhanisation et qu’ils vont pouvoir mettre sur leurs champs pour les fertiliser.  La boucle est bouclée ! Répandre du digestat sur les champs, signifie aussi que les agriculteurs devront moins souvent recourir à des engrais minéraux ou chimiques, qui se retrouveraient ultimement dans les eaux souterraines. « Donc quelque part on va avoir un impact positif sur la qualité des sols et de facto derrière aussi sur l’eau », conclut Jean-François Pêcheur, directeur du GAL Pays des Condruses.

 

Le digestat va permettre deux choses, il va permettre de réduire l’apport d’engrais chimiques tout en apportant de la matière organique qui se transformera en humus. Donc ce type d’installation peut avoir un effet positif sur la qualité des eaux souterraines.

Jean-François Pêcheur

Coordinateur du GAL Pays des Condruses

En plus de ce digestat, la biométhanisation crée de l’électricité et de la chaleur, qui vont pouvoir être utilisées localement. Ses bénéfices sont donc perçus bien au-delà du secteur agricole. Ochain Energie fournit par exemple 1.300 foyers en électricité renouvelable. Quant à la chaleur produite, elle est équivalente à 500.000 litres de fuels par an ! Elle est notamment utilisée par la maison de repos et de soin du Château d’Ochain. Sa directrice, Jennifer Delobbe, explique : « Notre association souhaitait réaliser ici un projet de développement durable qui permette d’utiliser une énergie verte, renouvelable. Nous souhaitions aussi favoriser les circuits courts, rentrer en partenariat avec une entreprise locale et créer localement et durablement de nouveaux emplois directs et indirects ». Le résultat ? « Notre nouvelle énergie verte sert essentiellement ici à chauffer notre bâtiment ». Et si la transition n’a pas toujours été simple dans cette ancienne bâtisse, la directrice des lieux juge les résultats très satisfaisants : il y a eu « des petits problèmes techniques mais qui n’en sont pas et qui se solutionnent toujours (…) donc j’ai envie de vous dire que c’est vraiment jouable ». Quant à la question de l’emploi, signalons qu’Ochain Energie a permis, directement ou non, la création de 7 postes.

Les bénéfices de l’installation de biométhanisation d’Ochain sont donc nombreux. Tant pour les agriculteurs, partenaires indispensables, que pour les autres citoyens impliqués, qui investissent grâce aux coopératives ou qui achètent l’énergie renouvelable produite, ou encore pour l’environnement. L’installation est innovante mais le travail de diagnostic et d’analyse qui l’a précédé a garanti sa viabilité.

 

Envie d'en savoir plus sur les Groupes d'Action Locale wallons?

Dans notre quotidien, c’est une aide au niveau stockage des effluants car maintenant on est contrôlés par la Région wallonne et on ne peut plus les épandre quand on veut » 

– Louis Dussard, agriculteur

GALERIE

Découvrez les photos du projet

“  Notre association souhaitait réaliser ici un projet de développement durable qui permette d’utiliser une énergie verte, renouvelable. Nous souhaitions aussi favoriser les circuits courts, rentrer en partenariat avec une entreprise locale et créer localement et durablement de nouveaux emplois directs et indirects . 

– Jennifer Delobbe, Château d’Ochain

 

Ce projet est possible grâce au financement du FEADER, grâce à la Mesure 19 du Programme wallon de Développement Rural co-financée par la Wallonie et l’Europe.

Découvrez-en plus sur le Programme wallon de Développement Rural et son réseau :
www.reseau-pwdr.be